HISTORIQUE

CONTEXTE GUYANAIS

L’importance des plages de ponte de l’ouest guyanais a été révélée dans les années 70 par les premières études de deux chercheurs d'une équipe scientifique du Surinam M. Schultz et P. Pritchard. De cette découverte a découlé les premières études sur l’espèce (Muséum National d’Histoire Naturelle, MNHN) menées par Jean LESCURE et Jacques FRETEY (MNHN) et le début des campagnes Kawana (du nom amérindien de la tortue luth), financé par le MNHN, Greenpeace et le WWF.

Avec la création de la DIREN Guyane en 1994, l’État anime, coordonne, contrôle et apporte des moyens aux actions mises en place et soutiendra les nouvelles démarches jusqu’à l’élaboration du plan de restauration des tortues marines en 1999 confiée à la DIREN (aujourd'hui devenue DEAL).

 

En 1998, la Réserve naturelle de l’Amana est créée, notamment pour assurer la protection des plages de ponte. L’association amérindienne Kulalasi, prend part aux campagnes de suivi Kawana et l’association Kwata démarre le suivi des plages de l’Ile de Cayenne. Aidés de bénévoles, le programme de Kwata vise à l'étude et la conservation des espèces de tortues marines présentes sur les plages de l'Est, à l'évaluation des menaces, à l'éducation à l'environnement et à la sensibilisation du public (avec notamment la mise en place d'une écloserie naturelle). En 1999, la Sepanguy prend en charge les plages de Kourou, et en 2000, la Brigade Mobile d’Intervention de l’ONCFS, devenue Service Mixte de Police de l'Environnement démarre les premières missions de protection des plages de ponte.

 

Les suivis de tous ces secteurs sont toujours d’actualité, ils ont été rejoints par plusieurs associations locales et bénéficient d’un appui scientifique de deux laboratoires du CNRS, l’IPHC (Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien) qui travaille depuis 1999 sur l’écologie comportementale des tortues marines et l’ESE (Ecologie Systématique Evolution) qui travaille sur la dynamique des populations de tortues marines.

 

 

 

NAISSANCE DES PLANS DE RESTAURATION :

Depuis le sommet de la Terre à Rio en 1992, la conservation de la biodiversité est devenue une priorité mondiale. Cet objectif s'est notamment décliné en France par la mise en place de plans de restauration émanant du Ministère en charge de l'Écologie. Les plans de restauration ont pour but la conservation d'une ou plusieurs espèces animales considérées comme menacées au niveau national ou international.

À l'heure actuelle, une cinquantaine d'espèces (ou groupe d'espèces) ont fait font l'objet d'un plan de restauration à l'échelle du territoire français.

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007 - 2012

​​

Retrouvez ici tous les documents relatifs à ce programme.

Plan National d'Actions en faveur des tortues marines en Guyane   2014 - 2023

​Retrouvez ici tous les documents relatifs à ce programme

  • facebook

© 2013 by mateo