Très peu de nouveau-nés parviennent à atteindre l’âge adulte, tant les pièges qui leurs sont tendus par la nature sont nombreux. Les tortues ont su surmonter des obstacles naturels pendant des millions d’années, mais leur survie et leur capacité de résilience sont aujourd’hui mises à rude épreuve par des menaces supplémentaires d’origine humaine. D’abord convoitées pour leur chair, leurs œufs ou leurs carapaces, les tortues marines ont historiquement fait l’objet d’une surexploitation qui a drastiquement réduit leurs effectifs à l’échelle mondiale.

 

Aujourd’hui considérées comme espèces menacées par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), elles sont intégralement protégées par la loi dans de nombreux pays, et des plans d'actions nationaux et internationaux visant à améliorer leur état de conservation sont mis en oeuvre par une grande diversité d'acteurs.

Elles restent cependant exposées à bon nombre de risques qui diminuent considérablement  leurs chances de survie :

Sur terre…

  • Le braconnage (pillage des œufs et prélèvement des individus) ;

  • La prédation des œufs ou des femelles nidifiantes par la faune sauvage ou domestique (chiens errants ou divagants) ;

  • La pollution lumineuse (éclairage des routes ou des bâtiments) qui désorientent les femelles en ponte et les nouveau-nés (émergences) censés rejoindre l’eau au plus vite pour échapper aux prédateurs ;

  • Les incivilités du grand public en général, qui les dérange lorsqu'elles pondent, sans respecter les règles élémentaires d'observation

  • Les aménagements et les constructions sur les littoraux, mais aussi l’érosion naturelle des plages qui dégradent leur habitat ;

  • La pollution des sables (mercure, plastique, etc.) qui peuvent être vecteurs de maladies.

Comme en mer…

  • Les captures accidentelles liées à la pêche, illégale et légale, dans les eaux côtières ou océaniques, ou par des engins de pêches « fantômes » ;

  • La prédation par la faune sauvage ;

  • De potentielles collisions mortelles avec des engins marins ;

  • Les diverses sources de pollution comme le rejet de déchets plastiques en mer (souvent ingérés par les tortues marines) ou la fuite d’hydrocarbures liée à des activités d’extraction minière

  • Les changements globaux comme la hausse des températures moyennes, responsables d’un déséquilibre dans la détermination du sexe des tortues marines en faveur des femelles.

  • facebook

© 2013 by mateo