La tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea)

© G. Feuillet
© G. Feuillet

press to zoom
© G. Feuillet
© G. Feuillet

press to zoom
© G. Feuillet
© G. Feuillet

press to zoom
© G. Feuillet
© G. Feuillet

press to zoom
1/7

Noms communs : Tortue olivâtre ; Toti Yon, Toti Jo (Cr) ; Kula: lasi (K) ; Warana (Tk) ; Olive Ridley Turtle (Angl)

 

Statut : Espèce vulnérable (Liste rouge UICN) / Intégralement protégée en France.

 

Description : C’est la plus petite tortue marine. Elle doit son nom à la couleur vert olive à ocre brun de sa carapace. Elle est présente dans tous les océans tropicaux.

Poids : 40 kg en moyenne (femelle adulte)

 

Longueur carapace : 70 cm en moyenne (femelle adulte)

 

Mode de vie : Aussi bien pélagique que benthique, océanique que néritique, très présente dans les océans Pacifique et Indien, plus rare dans l’océan Atlantique.

 

Régime alimentaire : méduses, mollusques, crustacés, oursins ou poissons et végétaux marins.

 

Zones de nidification : Le long de la côte ouest du Mexique, au Pakistan, en Inde, en Malaisie et sur le plateau des Guyanes (plages de Cayenne et d’Organabo). Au sud du Gabon, au Congo Brazaville et en Angola…Nidification : La ponte a lieu tous les 2 ans, entre le mois d’avril et juillet. La tortue viendra pondre de 1 à 3 fois au cours de la saison, toutes les 2 semaines environ. Un nid comprend 110 œufs en moyenne.

Nidification : La ponte s’organise en arribadas. Ainsi, pendant 2 à 3 nuits successives, de nombreuses tortues viennent pondre sur le même site. Quelques semaines plus tard, le même phénomène se répète. Les arribadas ne sont pas observables sur tous les sites de nidification : le phénomène est peu prononcé sur les plages de l’ouest de la Guyane, mais reste marqué sur les plages de l’est.  D’importantes captures accidentelles faites par les crevettiers et autres chalutiers expliqueraient les très fortes chutes d’effectifs lors des pontes observées sur le plateau des Guyanes.

Situation en Guyane : Après une baisse spectaculaire du nombre d’individus dans les années 80 et 90, le nombre de pontes de tortues olivâtres était d’environ 2000 en 2019, avec une forte concentration des pontes sur les plages de l’Ile de Cayenne.