La tortue luth (Dermochelys coriacea)

1/10

Noms communs : Tortue luth ; Toti la mè, Toti cuir, Toti fran, Toti cerkeil (Cr) ; Kawa : na (K) ; Aitkanti, Sitsikanti (Tk) ; Tartaruga de couro, Tartaruga de oleo (Br) ; Leatherback (Ang).

 

Statut : Espèce vulnérable (Liste rouge UICN) / Intégralement protégée en France.

 

​Description : La tortue luth est la plus grosse tortue marine. Contrairement aux autres tortues marines, sa carapace n’est pas recouverte d’écailles, mais de cuir. Elle est de couleur bleu sombre constellée de taches claires.

 

Poids : 400 kg en moyenne (femelle adulte)

 

Longueur carapace : 1,60m en moyenne (femelle adulte)

 

Mode de vie : Distribution globale, alimentation en milieu océanique et côtier lors de migrations pluriannuelles

 

Régime alimentaire : Se nourrit principalement de méduses et autres planctons gélatineux

 

Zones de nidification : Mers tropicales des océans Atlantique, Indien et Pacifique. Les principaux sites de nidification sont la Guyane française, le Suriname, le Guyana, le Gabon, le Congo Brazzaville et l’Angola. L’un des sites les plus remarquables se situe à l’Ouest de la Guyane, sur les plages des communes de Mana et Awala-Yalimapo, classées en réserve naturelle nationale (réserve naturelle de l’Amana). Elle fréquente aujourd’hui majoritairement les plages de l’Ile de Cayenne.

 

Nidification : En général, la ponte a lieu tous les 2-3 ans, de fin février à fin juillet-début août. La tortue reviendra de 5 à 7 fois au cours de la saison de ponte, tous les 10 jours environ.  Un nid compte en moyenne entre 80 et 90 œufs.

© G. Feuillet (37).jpg
press to zoom
© G. Feuillet (38).jpg
press to zoom
© G. Feuillet (20).jpg
press to zoom
1/5

Espèce réputée océanique, mais s’alimentant également en zone côtière, elle est présente dans toutes les mers et océans qu’ils soient tempérés, tropicaux ou sub-polaires.
Une baisse de 80% de la fréquentation des sites de nidification a été constatée sur les sites majeurs de l’océan Atlantique au cours des années 90, ce qui lui a valu le classement d’espèce en danger critique d’extinction, par l’UICN en 2000.


Situation en Guyane : Les tortues luths ont colonisé les plages de la presqu'île de Cayenne depuis plus d'une dizaine d'années. On observe depuis 2008 davantage de pontes à l'est qu'à l'ouest sur les sites de ponte historiques de Awala-Yalimapo. Le nombre de tortues luths entre 1990 et 2018 a baissé de 12.95% par an à Yalimapo. Alors que les femelles qui viennent pondre en Guyane représentaient 40% de la population mondiale en 2001, leur part est désormais réduite à 10%. Dans l'Est, le nombre de pontes était d'environ 4000 en 2015, pour moins de 500 en 2021.